Download PDF

Avec le soutien de quatre pôles d’éducation aux images (l’ACAP – Picardie, l’Alhambra – cinémarseille – PACA, la MJC Centre Image – Franche-Comté et Ciclic – Centre), Romuald Beugnon, réalisateur, VJ et intervenant, a conçu la table MashUp, qui permet de s’initier au montage.


Romuald Beugnon présente son invention

Cet outil ingénieux s’inspire de la pratique du mashup, qui consiste à monter des extraits d’œuvres préexistantes. Le mashup d’extraits de film, facilité par le numérique, est une pratique en plein essor, dont les réalisations sont largement diffusées sur Internet. Le mashup a même son festival depuis 2011.

Tout l’intérêt de la table que Romuald Beugnon a inventé à des fins pédagogiques, est de faire passer la technique au second plan pour favoriser une pratique très intuitive, car s’appuyant sur des objets tangibles.


Romuald Beugnon explique la genèse de la table et ses vertus pédagogiques

Présentée au MashUp Film Festival en 2012, la table circule dans plusieurs régions depuis quelques mois, faisant l’objet de nombreux ateliers. L’outil est dans l’air du temps, il favorise une pratique des images ludique, créative et collaborative. Il permet un usage simple et démocratique du montage, une étape de réalisation souvent technique et solitaire. Le plaisir que manifestent les participants aux ateliers est une autre bonne raison d’adopter la table MashUp pour des projets d’éducation aux images.

Des potentialités à développer
Pour le moment, les ateliers organisés avec la table permettent de découvrir l’importance du rapport entre les sons et les images et la possibilité de détourner les images grâce à la bande-son, en particulier la voix off. À cause d’un corpus d’images très hétéroclite et d’un temps d’atelier trop court pour soigner les raccords, l’initiation au montage en reste là. Mais ce n’est pas rien !
Il reste néanmoins à inventer de nouvelles utilisations, de nouvelles formes de jeux ou d’exercices pour aller plus loin dans la découverte du montage image. On pourrait par exemple réduire le corpus d’images et le confier à deux groupes distincts, imposer des contraintes techniques (produire un raccord regard ; ne pas utiliser de voix off) ou narratives (produire un montage parallèle)…
Puisque la table MashUp le permet assez simplement, on pourrait aussi produire d’autres corpus d’images destinés à des usages précis, par exemple la découverte des différents types de raccords ou les différentes manières de filmer un dialogue en champ-contrechamp. Certaines expérimentations sont d’ailleurs déjà en route, à Marseille, en particulier autour du film Minuscule.

Le défi sera de pousser plus loin les vertus pédagogiques de la table sans perdre son aspect ludique et sa capacité à stimuler une créativité décomplexée.
N.B. : si vous avez expérimenté la table MashUp, n’hésitez pas à témoigner en laissant un commentaire.

Le site de la table MashUp.
Un article de Libération synthétique sur la pratique du mashup et les pratiques transformatives.

En savoir plus sur le mashup
Le mashup film festival

Partager cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email