Download PDF

A Aix-en-Provence, le dispositif « Plan Lecture » s’est rapidement ouvert à d’autres disciplines artistiques, parmi lesquelles le cinéma. Pour la Bibliothèque Méjanes, coordinateur du dispositif, et l’Institut de l’image, partenaire pour le volet cinéma, l’enjeu est triple : sensibiliser les élèves au livre, à la littérature jeunesse, les habituer à suivre des récits de natures diverses et enrichir leur imaginaire.

Aux prémices du Plan Lecture, lancé en 2005 en France, l’objectif commun des Ministères de la culture et de la communication, de l’Éducation nationale et des collectivités territoriales était « d’inviter les élèves, accompagnés par leurs enseignants, à lire un certain nombre d’ouvrages parmi une trentaine de titres [pour les] sensibiliser au livre et à la littérature jeunesse ». Mais à Aix-en-Provence, la proximité de la bibliothèque [la bibliothèque Méjanes] et de l’Institut de l’image [rassemblé en un même lieu : La Cité du livre] a favorisé l’émergence d’un projet pluri-disciplinaire. L’idée ? « Inviter les enseignants à croiser ces ressources au cinéma, au spectacle vivant… et à faire participer leur classe à des ateliers en présence des auteurs », explique Anne-Marie Blandin, anciennement responsable du service jeunesse de la bibliothèque Méjanes.

Très concrètement ? Tous les 3 ans, la bibliothèque choisit un thème à partir duquel elle constitue un fond d’une cinquantaine de titres, composé d’ouvrages du patrimoine littéraire et de livres jeunesse plus récents. De son côté, l’Institut de l’image choisit 2 films pour 2 tranches d’âges distinctes, soit directement associés à l’un des ouvrages (adaptation du livre en film) soit en lien avec le thème exploré.

Parmi la sélection effectuée par la bibliothèque, les enseignants peuvent ensuite choisir les livres avec lesquels ils souhaitent travailler en classe, puis assister à deux séances de formation, respectivement animées par la bibliothèque et par l’Institut de l’image. Pendant ces séances, « nous leur proposons un pré-visionnement des films, des pistes de travail (par exemple : le lien entre texte et image, d’autres œuvres où l’on retrouve ce type de personnage, d’autres formes que l’on peut mettre en résonance, d’autres œuvres du même artiste…), des interventions de professionnels (spécialistes de l’enfance, spécialistes du cinéma… ) et des documents pédagogiques, «  explique Emilie Allais, coordinatrice du projet à l’Institut de l’image.

« Ces séances sont très importantes car elles permettent aux enseignants de s’emparer de ces œuvres une fois de retour en classe. (…) Par contre, nous ne nous substituons pas du tout au travail des enseignants, tant dans le choix des ouvrages qu’ils souhaitent proposer à leurs élèves, que dans le projet pédagogique qu’ils mettront en place autour des œuvres. (…) Cette liberté permet aux enseignants de s’attacher à des éléments avec lesquels ils se sentent à l’aise et assure la singularité de chaque expérience en classe. La notion de plaisir est très importante. » explique Anne-Marie Blandin.

Enseignante, Sylvie Joly a « tout de suite été séduite par ce dispositif « clé en main ». En premier lieu, parce que cela fait découvrir aux élèves des lieux auxquels ils n’ont pas ou peu accès avec leur famille, comme la bibliothèque, cet incroyable vivier de connaissances. Quant au cinéma, cela leur fait voir autre chose que le « film du moment » ! »

En fonction du film programmé, l’enseignante effectue un travail en amont sur l’affiche, le thème abordé et la formulation d’hypothèses sur le film à venir. A l’issue du visionnement, « le travail peut s’articuler autour de l’expression des sentiments et des goûts, de la formulation de critiques et de la confrontation à celles des autres élèves.  » Avec les cycles 2 comme les cycles 3, « le fait d’y aller avec ses camarades et de pouvoir en amont ou en aval en parler ensemble est pour moi primordial quant à la construction de son propre jugement. » Enfin, « les rencontres et ateliers avec des auteurs ou illustrateurs permettent aux enfants de comprendre, non seulement comment on « construit » un livre, mais aussi que c’est un art à part entière, et qu’ils peuvent, à leur tour s’y essayer. »  

En savoir plus :            

Le thème choisi pour l’édition 2017-2020 est « Lire c’est découvrir ». Le projet concerne une vingtaine de classes réparties sur les trois circonscriptions de la ville d’Aix-en-Provence, à qui sont proposées une trentaine de titres différents, ainsi qu’un programme de rencontres, d’ateliers et de séances de cinéma.

Sur ce thème, l’Institut de l’Image a proposé cette année aux classes de venir découvrir Ma vie de courgette de Claude Barras et Le Roi et l’oiseau de Paul Grimault.

Partager cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email