Download PDF

Quels films conviennent au jeune public ? A partir de quel âge montrer tel ou tel film ? Le studio des Ursulines, 1ère salle de cinéma dédiée au jeune public à Paris, a lancé en janvier 2016 un site dédié aux recommandations de films pour les enfants, pour leurs parents. Chaque œuvre proposée se voit agrémentée d’une fiche précise où sont indiqués, notamment, le synopsis, l’âge conseillé, un avis argumenté… Nadège Roulet est la responsable éditoriale du site. 


Pouvez-vous nous raconter la genèse du projet ? Comment vous êtes-vous dit, un jour, que vous alliez créer un site internet qui ne parlerait pas de votre programmation mais plus largement de l’offre cinéma jeune public ?
Nadège Roulet
 : L’idée du site Benshi.fr a commencé à germer au studio des Ursulines où nous rencontrions presque quotidiennement des parents désemparés de ne pas savoir “quoi” montrer à leurs enfants, selon leur âge. Certains sites de cinéma mettaient en ligne les synopsis, mais les films pour enfants étaient souvent “noyés dans la masse” et les recommandations d’âge étaient parfois fantaisistes, voire complètement inadaptées !

En parallèle, les professionnels de l’accompagnement que nous sommes manquions cruellement de ressources, d’une sorte de grande base de données dans laquelle nous aurions pu piocher des idées, s’inspirer…

On voit donc émerger vos deux cibles : les parents et la communauté “éducative”…
Nadège Roulet
 : Oui. Le site a été pensé en premier lieu à destination des parents, qui restent, sur le jeune public, les principaux prescripteurs. Ce choix impacte notre traitement éditorial : les fiches de présentation des films sont très détaillées et le niveau d’écriture est élevé. En contrepartie, nous avons délibérément fait le choix d’un univers graphique enfantin, dans la mesure où nous souhaitons que les parents visitent le site avec leurs enfants.

Avec le recul, on s’aperçoit qu’à partir de 7-8 ans, les enfants commencent à aller seuls sur le site pour regarder les bandes annonces, les films associés au sein de “parcours” que nous proposons sur le même thème par exemple (ciné chats, histoires d’eau, bâtisseurs de mondes, hommage et parodie…) ou, par ricochet, des films du même réalisateur… Pour le jeune public, être capable de faire des passerelles entre les films, de découvrir des films dont on n’a jamais entendu parler, c’est vraiment le premier pas vers la cinéphilie !

Face à des sites comme Nanouk  (école et cinéma / communauté éducative) et Ersilia  (communauté éducative), Benshi a son public propre : les parents. Comment est-ce que cela se traduit, concrètement, sur le site ?
Nadège Roulet :
Nous nous positionnons en complémentarité des sites d’éducation d’éducation à l’image, avec qui nous avons d’ailleurs mis en place des partenariats (échange de contenus…). Notre vraie différence, comme je l’expliquais plus tôt, c’est d’attribuer une recommandation sur l’âge “idéal” pour visionner tel ou tel film est l’un de nos enjeux majeurs. Comme nous l’expliquons sur le site  : “s’il est indiscutable que chaque enfant possède sa propre sensibilité, il existe pour nous quelques critères objectifs qui permettent une recommandation (…) parmi lesquels la durée du film, complexité, thèmes abordés, violence.”

D’un point de vue utilisateurs, les parents ont la possibilité de s’inscrire sur le site, gratuitement, et de créer des profils pour chacun de leur enfant. L’enfant va pouvoir y consigner l’ensemble des films vus, les noter, et créer une liste de films qu’il a envie de voir. Le site lui proposera en retour des films à voir en fonction de ce qu’il a déjà vu, aimé et selon son âge.

Le site lui attribuera également des “badges” : par réalisateurs (quand il aura vu tous les films d’un réalisateur), par studio, par parcours… L’entrée par studio est vraiment intéressante, car cela fait comprendre à l’enfant que, comme pour un réalisateur, chaque studio de cinéma a une ligne éditoriale que l’on retrouve dans chaque film.

Quant aux parents, les fiches leur permettent de choisir les films les plus adaptés à leur(s) enfant(s), voire de prolonger la discussion après la séance…

Capelito – c-Cinéma Public Films

Avez-vous un objectif d’exhaustivité ? “Tous” les films doivent-ils apparaître sur Benshi ?
Nadège Roulet :
Bien au contraire ! Comme pour le studio, où nous faisons des choix de programmation, Benshi a une ligne éditoriale forte… En tant que responsable éditoriale, je vois quasiment toutes les sorties nationales, dont une sélection passe ensuite sous l’œil d’un d’un comité de sélection. Notre enjeu est d’évaluer “les qualités (cinématographiques, picturales, de mise en scène, d’interprétation), la capacité des films à susciter l’empathie du spectateur pour des personnages, un destin, une histoire, mais aussi à déclencher sa curiosité, et ouvrir sur des mondes qu’il ne connaît pas forcément, la singularité et la longévité”. Si un film ne répond pas à ces critères, nous n’en parlons pas ! 

Il faut aussi préciser que nous ne mettons pas en ligne que les sorties nationales, mais aussi des films de catalogue. Que nous ne nous arrêtons pas aux films d’art et d’essai (un film industriel peut avoir ses vertus !) ou jeune public (nous intégrons des films tout public qui pourraient être accessibles aux enfants).

A ce jour, le site internet contient plus de 400 fiches films.

En savoir plus :

– Au Japon, à l’époque du cinéma muet, les benshi commentaient les films, lisaient les intertitres (pour un public largement analphabète) et énonçaient les dialogues des acteurs durant la diffusion.
– Fin 2017, Benshi a lancé Benshi studio, sa propre plateforme de vidéo par abonnement.

Partager cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email