Download PDF

Vincent Vergone est artiste pluridisciplinaire, sculpteur, metteur en scène, auteur de spectacles de lanterne magique et de films d’animation. Dans son livre Libre Jardin d’enfant, il interroge ce qu’est une œuvre d’art et la place de la culture dans la société d’aujourd’hui.

Cette conférence, donnée fin 2019 devant un public de professionnels de l’image et de la petite enfance, revient sur l’histoire de cette “projection lumineuse” qui précéda le cinéma. Vincent Vergone évoque le passage, délicat, des projections ésotériques (grottes, temples) aux projections publiques, de masse, parfois manipulatrices. En filigrane, il questionne le rapport à la vie et le rôle des images dans la construction du regard, notamment des jeunes enfants [auprès de qui il travaille depuis presque trente ans]. Pour lui, la culture, l’image, doivent favoriser le développement d’une libre pensée. Il dénonce une société inanimiste, “qui nie la vie”.

La conférence est étayée de plusieurs repères historiques et références bibliographiques, que nous vous indiquons au fur et à mesure du visionnage.

La conférence a été présentée dans le cadre des Journées professionnelles Cinémas 93 organisées en novembre 2019 au Ciné 104 de Pantin. Une restitution écrite, co-produite par Le fil des images et Cinémas 93 est en ligne sur le site de Cinémas 93 et téléchargeable en PDF (p°9 pour la présente conférence).

Bibliographie :

  • Le grand art de l’ombre et de la lumière, archéologie du cinéma, de Laurent Mannoni, Nathan, 1994
  • La fin des certitudes, de Ilya Prigogine, Odile Jacob, 2010
  • Histoire de la notion de vie, de André Pichot, Gallimard, 1993
  • Deux leçons sur l’animal et l’homme, de Gilbert Simondon, Ellipses, 2004
  • Libre jardin d’enfant, de Vincent Vergone, Ressouvenances, 2019
  • L’Inscription corporelle de l’esprit, Sciences cognitives et expérience humaine, de Francisco Varela, Evan Thompson, Eleanor Rosch, Seuil, 2017
  • RECLAIM, Anthologie de textes écoféministes, de Émilie Hache, Cambourakis, 2016
  • Caliban et la Sorcière, Femmes, corps et accumulation primitive, de Silvia Federici, Entremonde, 2017

Sur le même sujet : http://upopi.ciclic.fr/transmettre/parcours-pedagogiques/la-decouverte-du-precinema

Partager cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email