Download PDF

A l’heure où notre usage des écrans est devenu constant au point d’unifier nos comportements et de proliférer dans notre paysage, ne serions-nous pas avisés d’interroger les manières dont nous y avons recours, d’analyser la forme de sociabilité qu’ils nous inspirent, d’anticiper les dérives dans lesquelles leur recours systématique pourrait nous entraîner ?

Les années 90 ont été celles où les images ont été mises en débat. Avec la généralisation de l’usage d’internet et l’expansion de l’offre télévisuelle concomitante, le visuel devait s’imposer et triompher. Cependant, loin de sidérer les esprits, cette conjoncture fascinante les a incités à multiplier les interventions pour tenter d’en prendre la mesure et d’en cerner les enjeux. Que nous arrive-t-il ? Qu’avons-nous perdu ? Comment tirer le meilleur de cette mutation ? Ce besoin de comprendre un phénomène global à son éclosion a motivé des publications, des colloques, des émissions et des documentaires. Deux voix se sont alors faites entendre. Celle des futurologues enthousiastes qui ont souligné les bénéfices que les innovations médiatiques devaient apporter à la vie de chacun. Et celle des penseurs crépusculaires qui ont mis en garde contre leurs effets irréversibles sur notre culture. Il n’est pas anodin de constater que des initiatives essentielles dans le domaine de l’éducation à l’image ont émergé alors même que se poursuivait ce débat intense et fécond. A partir d’archives télévisuelles ou écrites, Joël Danet propose de revenir sur ce moment où, à la faveur d’une innovation à la portée encore inconnue, l’environnement audiovisuel a fait l’objet d’un débat général, stimulant la réflexion et le souci de transmettre.

Le texte proposé ici est le premier épisode d’un article en trois épisodes :


Joël Danet – Laboratoire SAGE – UMR 7363 – Université de Strasbourg

Cette recherche s’appuie sur les ressources et les fonds de l’INA Grand Est et de Vidéo Les Beaux Jours – membre Grand Est de la Cinémathèque documentaire. This research received funding from the European Research Council (ERC) The healthy self as body capital (BodyCapital) project under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme (grant agreement No 694817).

Partager cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email